Brève revue: Fallout 4

J’ai récemment acheté une X-box One pour pas cher dans une vente aux enchères en ligne (c’est blanc et donc la moitié du prix des noirs?) Et j’ai acheté deux jeux en vente parce que je suis économe.

Fallout 4 est le … cinquième? septième? jeu dans la franchise populaire Fallout et il se sent définitivement comme une conglomération de tous les jeux précédents. Factions! Coffres! Caractères Zany! Prise de décision karmique! SPÉCIAL!

J’écris ceci à 37 heures de jeu parce que quelqu’un joue Fallout pour l’histoire? Non. L’histoire continue d’essayer d’empiéter sur mon amusant gestionnaire de règlement post-apocalypse et je désapprouve avec véhémence. Est-ce que je m’intéresse à l’Institut? Pas vraiment. Quelque chose quelque chose de synthé. Je vais y arriver, je le promets, mais je dois d’abord m’assurer que les onze (E L E V E N) de mes colonies ont assez de nourriture, de puissance et de défense pour survivre.

Et c’est le gros problème avec Fallout 4: je suis trop occupé à micro-gérer pour travailler sur mon combat ou mon speechcraft. Je me contente d’un règlement avec les bases, je monte de niveau, je rencontre un seul synthé, et bam! l’habitant de la voûte est parti. Si le boss final ne me laisse pas le choix entre le combat et le réaménagement stylisé de leur repaire maléfique, pourquoi construire autant de points d’expérience?

Sim City: Post-Apocalyptia sur 5